Grillon des champs
Gryllus campestris

Bild
Feldgrille auf einem Sandboden
biologie
Biologie
menschtier
Homme & Animal
tipps
Conseils
galerie
Galerie
karte
Carte

Biologie

Tout comme les sauterelles et les criquets, les grillons appartiennent à l’ordre des orthoptères (une centaine d’espèces en Suisse). Le grillon champêtre est surtout connu pour ses inlassables stridulations formant le fond sonore dans les prairies et pâturages ensoleillés des premières chaudes journées de printemps (min. 20°C) jusqu’au mois d’août. Par leurs «tsrii, tsriii, tsrii», audibles à plus de 50 mètres,  les grillons mâles cherchent à attirer les femelles, tout en défendant leur territoire. Ce son est obtenu en frottant le bord de l’élytre droite (aile avant) sur l’élytre gauche. Il est ensuite amplifié par une membrane à la base des ailes, mais aussi par les ailes relevées et leur galerie, formant caisse de résonance. Par temps chaud les mâles stridulent sur une petite plate-forme à l'entrée de leur terrier jusqu'à tard dans la soirée. Si le chant ne suffit pas à éloigner les adversaires, des duels peuvent avoir lieu.

La ponte se déroule au cours des mois de juin et juillet. Les femelles déposent leurs œufs dans la terre meuble par groupes de plusieurs dizaines d’œufs grâce à leur ovipositeur. Chez cette espèce, les juvéniles passent l'hiver dans des terriers. Le développement reprend au début du printemps. Très mobiles durant l’été, les jeunes ne deviennent sédentaires qu’à l’automne. Les juvéniles du dernier stade et les adultes construisent une galerie pouvant atteindre une profondeur de 20 cm, avec une petite chambre terminale.

Les pattes sont particulièrement bien adaptées à la course et au fouissage. Le grillon est capable de sauter et voler, mais se déplace principalement en courant. Le grillon des champs est surtout phytophage (graminées, herbes)  mais aussi insectivore. Parmi leurs prédateurs, on compte des gros oiseaux, des reptiles et des mammifères (renard roux, musaraignes, chat domestique, …).

Signes distinctifs

Corps noir et trapu, tête ronde et brillante, antennes de la longueur du corps, antennes de même longueur que le corps. Élytres rigides n'atteignant pas l'extrémité de l'abdomen, jaune fauve avec de nombreuses nervures régulières de couleur noire sur le dessus et jaune fauve sur le côté du corps. Fémurs des pattes arrière rouge sur le dessous, typique pour l’espèce. Femelles avec ovipositeur long et fin.

Appartient à
Physique

18-28 mm

Confusions possibles

Neuf espèces de grillons vivent en Suisse, parmi les espèces les plus fréquentes, on trouve les suivantes :

Grillon domestique : brun jaune, plus fin, élytre atteignant l’extrémité de l’abdomen ; habitations.

Grillon des bois : marbré de brun clair et foncé, plus petit ; litière forestière.

Grillon d’Italie : corps long et élancé, beige clair à brun; tête dirigée vers l'avant ; en hauteur, dans la végétation ; nocturne ; chant composé d’une séries de "ruu-ruuuuuuu-ru-ruuuuu" ponctuées de courtes interruptions, rappelant le son d'un sifflet.

Degré de menace

Non menacé

Période d’activité

avril-juillet

Homme & animal

Menaces
  • Disparition des habitats : l’utilisation de prairies pour la construction de zones urbaines, de routes, pour la mise en cultures (laboure) et la disparition des petites structures paysagères conduisent à la disparition d’habitats naturels. Il en va de même si des parcelles sont délaissées et s’embroussaillent (perte d’ensoleillement au sol). Les habitats restants sont isolés les uns des autres.
  • Intensification agricole : une utilisation intensive des herbages réduit la diversité des prairies. Les grillons et orthoptères, qui aiment la chaleur et l’ensoleillement, ne trouvent pas leur compte quand la végétation, fertilisée, est trop dense. Si les fauches sont fréquentes, les orthoptères n’ont pas le temps de terminer leur développement à temps, et les femelles ne parviennent pas à pondre leurs œufs.
  • Utilisation de pesticides et d’engrais : les insecticides tuent non seulement les orthoptères et les grillons, mais les engrais et produits phytosanitaires peuvent également être nocifs pour la fécondité des femelles ou le développement des embryons.
  • Prédation par les chats domestiques, qui peut entraîner la disparition d’une population. Des clôtures dissuadant l’accès aux chats ou des treillis de protection peuvent le cas échéant empêcher ces animaux de capturer les grillons !
Mesures de soutien

Espèce peu mobile, le grillon champêtre peut être favorisé par une mise en réseau des habitats. Les grillons champêtres privilégient les prairies extensives et peu intensives ou les surfaces présentant une végétation basse ; ils évitent les sites humides dotés d’une végétation dense et haute.

L'habitat du grillon champêtre, prairies ensoleillées et fleuries, se réduit comme peau de chagrin à cause de l’intensification des pratiques agricoles, mais il est possible de lui offrir un habitat de substitution dans son jardin. Pour favoriser le grillon champêtre, on veillera à laisser des surfaces avec une végétation rase. En effet, ce sont les lieux ensoleillés que les grillons préfèrent. Dans un jardin naturel, nul besoin d’utiliser des engrais et pesticides. Ceux-ci sont nocifs pour les grillons comme pour tant d’autres insectes. Enfin, attention à ne pas inonder les galeries des grillons lors de l’arrosage de la pelouse !

Conseils

Alors que tout le monde connait le chant du grillon (à écouter et à voir dans ce court film youtube), cet insecte ne se montre guère aux yeux des observateurs. Il aime les sols dégarnis avec une végétation clairsemée : prairies, gazons et lisières exposés au soleil. Il y creuse une galerie de 40 cm. Avec la terre, il aménage une terrasse devant le trou d’où il chante, prêt à se réfugier dans son tunnel à la moindre alerte.

Il est possible d’écouter et d’observer les grillons champêtres lors de journées ensoleillées (min. 20°C) dès mi-avril jusqu’à l’été, dans les prairies et pâturages extensifs ou dans les jardins. Une fois un chanteur repéré - son chant peut porter à plus de 50 mètres! - il faut s’approcher lentement. Si le chant s’arrête, il faut s’arrêter également. Quand on a découvert le trou avec sa terrasse, l’affaire est gagnée. Installez-vous à proximité est restez immobile. L’insecte sortira de sa cachette après 1-2 minutes. Découvrez les conseils pour un affût au grillon champêtre dans la minute nature de La Salamandre.

Pas assez patient ? Il est aussi possible d’introduire doucement une tige dans la galerie pour « chatouiller » le grillon. Dérangé, celui-ci sortira voir ce qui se passe et vous pourrez ainsi l’observer.

Chez les grillons champêtres, il est facile de distinguer les mâles des femelles. D’une part, seuls les mâles chantent. Les femelles sont muettes mais détectent les stridulations des mâles, grâces à leurs ouïes situées… sur leurs pattes avant. Par contre, les femelles disposent d’un ovipositeur, un long appendice fin à l’extrémité de l’abdomen qui lui est utile pour la ponte, absent chez les mâles. En juillet les jeunes sont innombrables. Ils se cachent sous les feuilles tombées au sol, c’est là qu’il faut les chercher.

Grillon champêtre émergeant de son terrier. On reconnaît bien la tache rougeâtre sur la partie inférieure du fémur.
Chez cette femelle, l’ovipositeur est bien visible à l’arrière de l’abdomen.

Galerie

Pour cette espèce, aucune photo n’a encore été téléchargée

Pages 1
jusqu'à 0

Carte

La représentation des lieux d'observation se fait avec Google Maps.
Ce n'est cependant que possible, si vous donnez votre accord à la déclaration de confidentialité.
Pour ce faire, cliquez dans la barre bleue ci-dessous sur "j'accepte" et actualisez ensuite le navigateur.